Menu

[MMORPG] Test de Aion sur PC

Jaquette Aion
  • Note avis : (4/5)

  • Ce qu'on a aimé : Le scénario; la customisation pousée du personnage, des combats classiques mais efficaces, un contenu complet et prenant
  • Ce qu'on a moins aimé : L'influence néfaste de l'Item Shop; certaines textures disgracieuses
  • Développeur : NCSoft
  • Éditeur : NCSoft
  • Sortie : 25 septembre 2009
  • Plateformes : PC (Windows)
  • Modèle économique : Modèle free-to-play | Statut VIP | Boutique premium
  • Langue : Française
  • Processeur : Intel Pentium 4 cadencé à 2.8 GHz ou AMD Sempron 2800
  • Carte graphique : NVIDIA GeForce 6600 ou AMD Radeon X1550 minimum
  • Espace disque : 30 Go disponible
  • Mémoire vive : 1 Go de RAM minimum
  • Connexion internet : Obligatoire
Malgré le poids des années, Aion demeure l’un des MMORPG gratuits les plus intéressants du marché. S’il est plutôt classique sur de nombreux points, nous ne pouvons remettre en question son contenu colossal. L’écriture est un argument fort de cet opus, où nous prenons un réel plaisir à discuter avec les PNJ qui composent le monde d’Atréia. Dans un autre registre, le développement du personnage présente suffisamment d’atouts pour faire pâlir les réalisations d’aujourd’hui. En conclusion, seul le modèle économique demeure discutable. Car si la présence d’un statut spécial pour les anciens abonnés est justifiée, la boutique premium s’avère bien trop garnie, en plus de stocker un grand choix d’items servant à améliorer les caractéristiques générales de son avatar. Un aspect d’autant plus regrettable quand on sait que le PvP aura une grande importance dans le contenu haut niveau du titre. Cela étant, nous vous recommandons tout de même d’essayer Aion, car c’est par lui que vous comprendrez pourquoi le MMORPG est un genre aussi addictif.Asternosis

Si les MMORPG gratuits représentaient l’un des secteurs les plus prolifiques du jeu vidéo à la fin des années 2000, certains développeurs préféraient se baser sur un modèle économique construit sur un abonnement mensuel. Ce fut notamment le cas des équipes de développement NCSoft et de leur bijou vidéoludique, Aion. Sorti en 2009, ce MMORPG n’a cessé de faire parler de lui pour ses qualités indéniables : entre un développement du personnage exemplaire, un univers riche et agréable à parcourir, le tout couplé à un gameplay des plus solides, Aion faisait figure de proue dans son domaine. Progressivement, bien que les joueurs maintiennent leur attachement pour ce soft, les développeurs n’ont eu d’autres choix que de le restructurer pour des raisons économiques. Avec un passage au free-to-play, nombreux sont les joueurs à s’être lancé dans cette aventure épique. Les serveurs ont été pris d’assaut, Aion redevenant l’un des MMORPG les plus joués. Bien sûr, qui dit free-to-play, dit incorporation d’une boutique premium aux propriétés toujours discutables. Et comme nous le verrons à travers ce test, cet aspect est sans conteste la bête noire du jeu. Est-ce qu’on peut pardonner ce travers comparé à toutes les qualités de l’opus ? C’est ce que nous tenterons d’élucider dans ce test complet.


Bannière Aion

A l’époque, NCSoft gérait les serveurs d’Aion. Pour des raisons économiques, le studio a réalisé un partenariat avec Gameforge, spécialiste du MMORPG gratuit. Son passage au free-to-play suscita bien des critiques : les joueurs prônent encore aujourd’hui l’incompétence de Gameforge concernant l’apport de l’Item Shop dans le jeu. En effet, celui-ci renferme énormément d’objets occasionnant un déséquilibre entre les joueurs, un point préjudiciable quand on sait qu’Aion dispose d’un contenu PvP complet et intéressant.

HISTOIRE, CLASSES ET FACTIONS : L'excellence à l'état pur

Le scénario est souvent la principale faiblesse des MMORPG. Contant généralement des histoires insipides, les joueurs ne prennent que peu de plaisir à lire les péripéties du monde et son évolution dans le temps. Aion prend le contrepied de la tradition, puisque son backgroud a réellement tous les arguments pour vous séduire. La trame scénaristique prend place à Atréia, un monde découlant d’un conflit entre les Humains et les Balaurs, deux races érigés par le puissant Aion. Au cœur de cet univers se trouve la fameuse Tour de l’Éternité, une zone sacrée que certains humains sont chargés de protéger. Alors qu’un traité de paix était en passe d’être conclu, moultes humains estimaient les Balaurs indignes d’une quelconque clémence et préférèrent détruire la Tour de l’Éternité. Cet acte clé de l’histoire décomposa le monde en deux : le secteur des Asmodiens lié à l’obscurité et le coin des Elyséens baigné dans la lumière. Quant aux Balaurs survivants, ils se sont retrouvés au cœur des deux mondes, vivant sur les restes de la Tour. Depuis cet évènement cataclysmique, ces factions se livrent une guerre pour prendre le contrôle total de l’immensité du territoire. Votre rôle débute à cet instant précis, en commençant par sélectionner votre allégeance aux Élyséens ou aux Asmodiens, les Balaurs étant contrôlés par l’intelligence artificielle. Ce choix n’est pas à prendre à la légère puisqu’il sera définitivement lié à votre compte.

Image gameplay : Aion
Aion est la référence absolue en matière de customisation visuelle

Seconde étape de la création du personnage, une classe devra être sélectionnée parmi les six proposées : Guerrier, Mage, Prête, Éclaireur, Artiste et Ingénieur. Si ce nombre peut paraître limité de nos jours, Aion utilise une tradition très apprécié dans le genre : la spécialisation, laquelle ne tarde pas à se dévoiler dans l’aventure. Ainsi, vous aurez l’opportunité de découvrir deux nouvelles classes à partir du niveau 10, portant à 11 le nombre de spécialités différentes, l’Artiste ne pouvant évoluer qu’en Barde à l’heure où ces lignes sont écrites. Appuyons-nous sur un exemple concret : en tant que Guerrier, il nous est possible d’endosser un rôle de tank avec le Templier, à moins de nous axer plus encore sur les dégâts purs avec le Gladiateur. Nous n’allons évidemment pas énoncer les spécificités de chaque classe, mais sachez qu’il y a suffisamment de diversification pour trouver la personnalité qui colle le plus avec votre vision du jeu. De plus, les développeurs ont créé une étroite complémentarité entre les classes, générant des affrontements en groupe fort sympathiques. Notons également que si les classes sont communes aux deux factions, quelques compétences auront des effets divergents selon la faction choisie. La création du personnage prend fin avec l’édition visuelle, une fonctionnalité particulièrement généreuse dans Aion. Effectivement, celui-ci vous permettra de concevoir un personnage à la taille et à la corpulence improbable. Ajoutons à cela des dizaines d’options pour chaque recoin du visage, à tel point qu’il sera extrêmement difficile de tomber sur l’un de vos clones. Pour être franc avec vous, Aion fait certainement parti du top 3 des MMORPG présentant l’éditeur physique le plus complet. Vous l’aurez donc compris, l’aventure Aion commence en fanfare. Voyons à présent comment nos premiers pas dans le monde d’Atréia se sont déroulés…

Image gameplay : Aion
Image gameplay : Aion
Image gameplay : Aion

GAMEPLAY : Classique, mais ô combien prenant !

Des combats comme on les aime

Comme tout MMORPG qui se respecte, votre personnage sera aiguillé à travers une suite de quêtes à accomplir. Si cet aspect est toujours délicat à étudier, il n’en est rien pour Aion, dans la mesure où les missions sont bien écrites malgré leur manque de variété. Certaines sortent toutefois du lot, même si la majorité vous demandera de partir à la rencontre d’un PNJ donné ou d’aller combattre un type de créature. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la progression est particulièrement prenante : loin d’être comparable à un FlyFF ou à un Rappelz, les niveaux s’enchaînent relativement vite. Par ailleurs, Aion est l’un des seuls MMORPG gratuits permettant d’évoluer sereinement en solo. S’il est évident que jouer en groupe sera toujours plus gratifiant et dynamique, l’aventure peut être accomplie en solitaire sans difficulté. En revanche, les donjons instanciés seront sans nul doute réservés aux équipes homogènes où la cohésion et la communication prônent sur le reste.

Image gameplay : Aion

Classiques, les affrontements n’en restent pas moins jouissifs

Les combats représentent la principale activité dans un MMORPG, et Aion n’échappe pas à la règle. Bien animés, les affrontements se basent sur un système qu’on pourrait qualifier de classique. En effet, il emprunte une visée automatique où il suffira de lancer des compétences ici et là en plus des attaques de base. Classique ne veut toutefois pas dire mauvais : bien que ce modèle date un peu, Aion est ce qui se fait de mieux, d’autant plus que leur mise en scène et les effets des compétences ajoutent un regain de dynamisme à l’ensemble. Le bestiaire n’est également pas en reste puisqu’il sait se montrer à la fois original et varié, que ce soit en haut des pics enneigés ou au cœur d’une forêt dense. Car l’une des nombreuses forces d’Aion réside dans la richesse des environnements. Fins et détaillés, c’est un réel plaisir de les arpenter (pour plus de détails, rendez-vous dans la partie Graphismes, Animations et Bande sonore). Du coup, les développeurs ont eu la bonne idée d’incorporer des déplacements par la voie des airs, afin de pouvoir apprécier chaque recoin du monde. A l’aide de superbes ailes angéliques, traverser les décors d’Atréia procure une sensation apaisante. Bien sûr, il ne sera pas possible de voler partout ni même indéfiniment, mais la fonctionnalité reste suffisamment travaillée pour que chaque joueur apprécie les voyages vers les différentes contrées.

Image gameplay : Aion
Image gameplay : Aion

La progression du personnage est classique mais addictive

Que ce soit l’accomplissement d’une quête ou un combat, chaque activité vous octroie une quantité d’expérience engendrant des gains de niveaux. Le système de progression dans Aion est bien fichu. En revanche, certains joueurs pesteront contre le manque de liberté. Effectivement, NCSoft a préféré opter pour une distribution automatique des points de caractéristique afin d’éviter à quiconque de « rater » son avatar. Pourtant, il est toujours plus prenant de disposer soi-même ces fameux points afin de créer un personnage en cohérence totale avec son style de jeu. Également, les compétences ne s’obtiennent pas selon un arbre garni, mais auprès d’un instructeur lié à votre classe de personnage. Une fois le niveau requis, une notification vous informe simplement qu’un talent peut être appris auprès de votre enseignant. De cela résulte une ressemblance des joueurs en termes de builds. Heureusement, le système de Stigmas ne tarde pas à faire son entrée, lequel permet de générer des compétences exclusives à partir de pierres précieuses (que l’on récupère au hasard sur les monstres avec beaucoup de chance, à moins de se diriger vers l’hôtel des ventes). Ne pouvant en créer que quelques-unes par personnage, ces compétences servent ainsi à engranger un semblant d’unicité. En outre, les talents sont extrêmement nombreux, tendant à rendre les combats toujours plus dynamiques avec un nombre incalculable d’effets. N’oublions pas que les sortilèges peuvent être déclenchés sous forme de combos, sans omettre l’énergie divine, une ressource que vous accumulez et qui provoque un pouvoir dévastateur. Vous l’aurez donc compris, Aion est classique au possible concernant la progression du personnage… mais le résultat n’en est pas moins extrêmement addictif !


Ce qui fait la force d’Aion est son contenu. Entre la variété des modes de jeu, les possibilités sans fin de personnalisation et un univers immense à parcourir, ce MMORPG free-to-play est à juste titre l’une des plus grandes références du genre. Il n’est donc pas si surprenant de le voir encore aujourd’hui parmi les jeux les plus joués.


Les gemmes et l’artisanat

Image gameplay : Aion

La progression du personnage est complète au possible

Aion propose un contenu très riche, ce que nous apercevons une fois encore grâce à son artisanat. Complet au possible, vous concevrez sans complexité toute sorte d’armes, d’équipements et de potions. Pour cela, il faudra bien sûr prendre le temps de collecter les ressources nécessaires, une activité loin d’être déplaisante car elle permet de contempler toute la beauté d’Atréia. Maintenant, le fonctionnement de l’artisanat n’intègre aucune innovation majeure : il suffit de récupérer les ressources – sachant que l’interaction entre les différentes professions n’est pas aussi flagrante que dans d’autres MMORPG –, puis de se rendre dans un établissement dédié à l’assemblage des items. Bien sûr, si créer de nouveaux objets est amusant, le principal reste encore de les renforcer. L’une des méthodes consiste à sertir l’arme ou l’armure avec des gemmes aux propriétés diverses (comme un bonus d’attaque, de précision ou de défense), à condition que l’objet dispose d’emplacements disponibles. La fonctionnalité n’a rien de compliqué : il suffit de cliquer sur la gemme et de l’associer à l’objet pour constater la réussite ou non de la combinaison. En parallèle, les objets pourront être enchantés avec ce qu’on nomme des pierres d’âmes, lesquelles s’obtiennent en démontant des pièces d’équipement. Par celles-ci, vous éveillerez des pouvoirs cachés de l’objet, en plus de lui ajouter des propriétés supplémentaires. Bref, vous avez absolument tous les outils pour développer votre personnage jusqu’au summum de sa puissance. Le fait est qu’encore aujourd’hui, difficile de trouver un MMORPG gratuit proposant un tel contenu.

Image gameplay : Aion
Image gameplay : Aion
Image gameplay : Aion
Image gameplay : Aion
Image gameplay : Aion
Image gameplay : Aion

Le contenu PvP et PvE répondent à l’appel

Avec tout cela, vous serez prêt à batailler ferme en PvE comme en PvP. Ces deux domaines sont répartis à parts égales dans Aion, bien que le PvP aura surtout son importance passé le niveau 20. Outre les duels à 1 contre 1, il contient les rifts, sortes de portails à sens uniques qui vous amèneront directement sur les terres de la faction opposée. Également, nous pourrons partir à l’exploration des abysses, accessibles à partir du niveau 25. Ce mode vous permet de siéger un total de neuf forteresses, contrôlées directement par les trois grandes factions. Ainsi, vous vous attaquerez aussi bien à l’intelligence artificielle (les Balaurs) qu’à la faction adverse gérée par les autres joueurs. Le schéma tactique est fort bien conçu, puisqu’il faudra tout d’abord entrer dans la forteresse, pour ensuite détruire un générateur de bouclier, tandis qu’un boss débarquera pour protéger les siens. Se résumant finalement par du PvEvP, vous aurez également l’opportunité de batailler par la voie des airs, engendrant des affrontements gargantuesques qui feraient pâlir les plus grands films fantastiques hollywoodiens. Le contenu haut niveau d’Aion est donc de qualité et devrait retenir les joueurs les plus exigeants, sans l’ombre d’un doute.


GRAPHISMES, ANIMATIONS ET BANDE SONORE : Excellent mais vieillissant

Aion commence à accuser le cumul des âges sur le plan technique. En revanche, difficile de rester de marbre devant l’ambiance artistique du soft. Tout d’abord, les environnements ont subi un travail acharné sur le fond comme la forme. Les couleurs contribuent à rendre les décors enchanteurs, où seules les textures manquent de profondeur. Pour un titre sorti en 2009, on peut évidemment pardonner cet écart, mais il ne serait pas inintéressant d’offrir à la communauté une mise à jour graphique, comme l’a fait d’autres MMORPG, dont World of Warcraft. Du côté des personnages et des monstres, leur variété permet d’étendre l’immersion, même si certaines modélisations mériteraient à être plus fines. Les animations n’ont également pas à plier le genou face à la concurrence, notamment lors des affrontements de masse. Il faut dire que malgré son âge, le moteur CryEngine fait encore de réelles prouesses. Finissons ce jour d’horizon technique par l’étude des compositions musicales. Celles-ci s’avèrent particulièrement variées et nous transportent littéralement dans l’univers d’Atréia. Les bruitages demeurent quant à eux plus inégaux. Si le bruissement des arbres couplés aux chants d’oiseaux sont d’une saveur délectable, on pestera un peu plus sur les explosions lors des combats. Cela reste toutefois un maigre acompte par rapport à la réalisation générale d’Aion, vous en conviendrez.

Image gameplay : Aion
Image gameplay : Aion
Un mot sur la traduction : Aion bénéficie d’une écriture de haute volée. La traduction française se montre dès lors exemplaire où nous avons plaisir à prendre connaissance des différents pétrins dans lesquels les PNJ se sont empêtrés. C’est du tout bon !

MODÈLE ÉCONOMIQUE : Qu'est en train de faire Gameforge ?!

Pour clore ce test, il nous faut élucider l’aspect le plus critiquable d’Aion : son modèle économique. A l’époque, le titre proposait un abonnement mensuel d’une dizaine d’euros par mois. Du coup, les anciens joueurs bénéficieront à juste titre d’un statut Vétéran, levant la majorité des limites inculquées par le modèle free-to-play. Toutefois, celles-ci ne sont pas aussi néfastes qu’on pourrait le croire. Entre la limitation d’extraction de matériau, du magasin personnel et des canaux de discussion publics, nous n’avons pas ressenti de déséquilibre majeur. De même, les instances ne pourront être réalisées qu’un certain nombre de fois par jour, mais l’ensemble reste suffisamment ouvert pour s’adonner aux tâches quotidiennes. Mais dans ce cas, où se situe le problème, me direz-vous ? C’est du côté de la boutique premium qu’il va falloir enquêter… En effet, elle regorge d’items servant à augmenter le potentiel de votre personnage. Par exemple, on peut citer les familiers et les montures améliorées, ou encore des parchemins engendrant des boosts non négligeables sur les caractéristiques générales de l’avatar. En tout, ce ne sont pas moins de 1000 objets qui peuvent être achetés en échange de la monnaie premium… Ce nombre tend à montrer l’envie de Gameforge à renflouer leurs caisses. En outre, si la différence de statut entre les joueurs (F2P ou Vétéran) était acceptable, l’influence de l’Item Shop est un apport cruel pour l’ensemble de la communauté et pourrait bien coûter à Aion des années d’exploitation supplémentaires.


Information : Ce test représente notre avis général sur ce MMORPG. La notation est donnée à titre indicatif. Il est évident que d’autres utilisateurs seront plus ou moins sévères sur certains critères.Asternosis

 

 

Si les MMORPG gratuits représentaient l’un des secteurs les plus prolifiques du jeu vidéo à la fin des années 2000, certains développeurs préféraient se baser sur un modèle économique construit sur un abonnement mensuel. Ce fut notamment le cas des équipes de développement NCSoft et de leur bijou vidéoludique, Aion. Sorti en 2009, ce MMORPG n’a cessé de faire parler de lui pour ses qualités indéniables : entre un développement du personnage exemplaire, un univers riche et agréable à parcourir, le tout couplé à un gameplay des plus solides, Aion faisait figure de proue dans son domaine. Progressivement, bien que…
Aion est un excellent MMORPG qui devrait plaire à un large public. Toutefois, nous nous faisons beaucoup de soucis pour son avenir en raison du modèle économique imposé par Gameforge... Espérons que le tir soit rapidement corrigé, sans quoi Aion tombera dans l'oubli.

Détails de la notation

Scénario - 8.4
Factions et Classes - 9
Gameplay - 8
Fonctionnalités annexes - 8.3
Graphismes, animations et bande sonore - 6.9
Modèle économique - 4

7.4

Note finale

Aion est un excellent MMORPG qui devrait plaire à un large public. Toutefois, nous nous faisons beaucoup de soucis pour son avenir en raison du modèle économique imposé par Gameforge... Espérons que le tir soit rapidement corrigé, sans quoi Aion tombera dans l'oubli.

User Rating: 3.65 ( 1 votes)

Asternosis
Difficile de se décrire... Je suis avant tout un passionné de l'univers héroic-fantasy. Également, j'apprécie énormément la nature et estime que chaque vie sur Terre est sacrée. Les animaux sont nos amis, ne l'oubliez jamais !

No comments

Laisser un commentaire