Menu

[MMOTPS] Test de Crossout sur PC, PS4 et Xbox One

Jaquette Crossout
  • Note avis : (4.5/5)

  • Ce qu'on a aimé : La customisation des véhicules; un gameplay accrocheur; multi-plateforme (PS4, Xbox One et PC); le modèle économique bien pensé
  • Ce qu'on a moins aimé : La limitation de certains modes de jeu; une ergonomie dans les menus à revoir
  • Développeur : Targem Games
  • Éditeur : Gaijin Entertainment
  • Sortie : 30 mai 2017
  • Plateformes : PC (Windows), PS4 et Xbox One
  • Modèle économique : Modèle free-to-play | Boutique premium
  • Langue : Française
  • Processeur : Intel Core 2 Duo E8500 ou AMD Phenom II X3 720
  • Carte graphique : NVIDIA GeForce GT 440 ou AMD Radeon HD 5670 ou Intel HD Graphics 5000
  • Espace disque : 3 Go disponible
  • Mémoire vive : 4 Go de RAM minimum
  • Connexion internet : Obligatoire
Alors que les développeurs continuent inlassablement de ressortir des titres au fondement similaire, ceux de chez Targem Games n’hésitent pas à prendre des risques pour offrir aux joueurs Crossout, fort d’un gameplay à la fois fou et original. Reprenant le concept de Robocraft en l’adaptant à la sauce Mad Max, le résultat est saisissant ! Réussi voir excellent sur biens des aspects, il compte déjà sur une immense communauté pour améliorer son contenu, que ce soit avec de nouveaux modes de jeu, des options de personnalisation et pourquoi pas une campagne solo. À essayer sans plus attendre !
Asternosis

Le succès de War Thunder : World of Planes n’est plus à décrire. Sorti initialement en novembre 2012, tous ceux qui s’essayaient au bijou de Targem Games – lequel vous propulse dans des combats aériens à travers des avions emblématiques de la Seconde Guerre Mondiale – se forgeaient un avis unanime : ce titre faisait (et fait toujours) office de référence dans le domaine de la simulation d’aviation, beaucoup le considérant comme meilleur que World of Warplanes, son concurrent direct proposé par Wargaming.net. En parallèle des mises à jour effectuées sur cet opus, les développeurs ont pris le temps de concevoir une nouvelle réalisation, baptisée Crossout, dans lequel les joueurs pourront customiser des véhicules de guerre dont l’esprit rappelle un certain Mad Max. Suite à de longues sessions de jeu privées (bêta-test), le titre est enfin disponible à tous et force est de constater qu’il réalise déjà de nombreux exploits. Accessible sur PC, Xbox One et PS4, l’opus revendique en quelques semaines pas moins de 3 millions de joueurs répartis sur l’ensemble du globe. Un chiffre qui donne le tournis et qui met en évidence les qualités certaines de Crossout. Son succès est-il vraiment mérité ? Se démarque-t-il de ses principaux concurrents (on pense notamment à Armored Warface et World of Tanks) ? Nos sessions de jeu semblent également aller en ce sens…


Bannière Crossout


UNIVERS ET CONTEXTE : Un nouvel épisode « Mad Max » est né !
Image gameplay : Crossout

L’ambiance générale de Crossout rappelle un certain Mad Max

Dans un MMOTPS comme Crossout, il est évident que la trame scénaristique se retrouve au second plan pour laisser toute la place à l’action. Toutefois, le titre expose clairement les raisons qui ont mené le monde à sa perte : en 2021, une maladie virale – nommée Crossout – infecta de nombreuses nations, la population succombant à une vitesse alarmante. Alors que les médias émirent diverses origines à cette pandémie – allant des radiations émises par les téléphones à la météorite contenant un réactif capable de se propager –, la réalité est tout autre : des scientifiques tentèrent de créer une nouvelle forme de vie. Pour cela, ils modifièrent le code génétique et, au lieu de mettre au point des super soldats, l’humanité sombra dans la folie. Seule l’immunité de certains individus permit aux humains d’éviter l’extinction. Après quelques années, le virus semble muter à nouveau, rendant les quelques humains restant toujours plus sauvages où la destruction devient progressivement leur principale activité favorite.

Pour faire face à ce chaos, chaque homme se met à construire sa propre machine de guerre avec le peu de ressources qu’il reste sur Terre. En tant que joueur, vous incarnez justement l’un de ces survivants dépourvus de sens moral où seule la victoire face aux autres humains vous rassasie. L’ensemble de ce synopsis n’est pas sans rappeler un certain Mad Max, un personnage connu et remis au goût du jour grâce à l’excellent « Fury Road » réalisé par George Miller en 2015. Plus encore, après quelques parties savoureuses, on n’hésite pas à agrémenter nos parties avec en fond sonore les excellentes partitions réalisées par Junkie XL. Bref, sans être follement original, l’univers de Crossout est délectable et bien construit.

Image gameplay : Crossout
Image gameplay : Crossout
Image gameplay : Crossout

GAMEPLAY : Crossout frappe un grand coup !

À la découverte des modes de jeu

Lors de vos débuts dans Crossout, vous devrez vous accommoder d’un simple véhicule composé de trois mitrailleuses, idéales pour détruire vos premiers adversaires. Et là, une remarque vous viendra rapidement à l’esprit : la maniabilité de l’engin s’avère fastidieuse malgré un gameplay relativement simple. En effet, le contrôle du véhicule est particulier et vous demandera un certain temps d’adaptation. Certes, vous vous y ferez – passé quelques affrontements –, mais il est certain que vous pesterez contre les drifts inattendus ; nombreux sont les joueurs à abandonner l’expérience Crossout en raison de la maniabilité des engins. En toute franchise, nous vous conseillons de persévérer car vous pourriez bien passer à côté d’un des meilleurs MMO sortis depuis ces dernières années. Dans tous les cas, le titre se concentre à l’heure actuelle autour de trois modes de jeu : un mode PvP en 8 versus 8 comprenant du « capture de points » saupoudré de « matchs à mort » ; un mode plus original baptisé « Brawl » qui est à notre sens le plus réussi, consistant à arriver premier au travers d’une course où tout est permis ; et enfin un mode PvE où le but est d’affronter l’Intelligence Artificielle tout en accomplissant moult objectifs variés dans un temps imparti pour engranger plus de récompenses. Attention, certains modes requièrent du carburant, une ressource qui se regénère au cours de la journée. En tant que joueur occasionnel, cela ne posera aucun souci ; en revanche, les gamers aguerris devront par moment attendre sagement le rechargement du carburant pour en profiter, à moins de dépenser la fameuse monnaie premium (voir paragraphe MODÈLE ÉCONOMIQUE). Le tout se déroule à travers une dizaine de maps qui proposent un agencement similaire malgré la variété des environnements. Malheureusement, aucune campagne solo n’est à se mettre sous la dent, bien que les développeurs étudient la question à l’heure où ces lignes sont écrites.

Image gameplay : Crossout

Remporter une victoire génère moult récompenses !

Une gestion des dégâts bien pensée

Les affrontements sont fichtrement bien conçus et peaufinés par une excellente gestion des dégâts. Effectivement, chaque élément du véhicule (roues, mitrailleuses, coques) peut être détaché ou détruit. À titre d’exemple, notre blindé peut tout à fait continuer le combat alors que toutes nos tourelles offensives sont hors d’usage (on vous l’accorde, notre survie n’a plus beaucoup d’intérêt si ce n’est faire une diversion). Par conséquent, les batailles sont très techniques et demandent aux joueurs une certaine réflexion : ils devront identifier les points faibles de leurs adversaires. Malgré ces aspects techniques, les sessions de jeu dans Crossout sont relativement courtes : la moyenne des parties tourne autour de cinq minutes. De notre point de vue, c’est un temps idéal puisque cela évite aux joueurs de quitter la partie prématurément pour X ou Y raisons. Par ailleurs, un système anti-AFK similaire à celui implémenté dans League of Legends est présent, un détail qui a son importance quand on sait que le jeu souhaite se lancer dans le marché de l’e-sport.

Chacune de vos actions engendrent diverses récompenses que vous obtiendrez en fin de partie : autocollants personnalisables, ferraille, pièces de véhicules et coffres bonus sont autant de gains que vous pouvez récolter. Semblables aux MMORPG, les pièces de véhicules sont classées selon quatre groupes, allant du « commun » au « légendaire ». En parallèle, vous gagnez de l’expérience comme tout TPS qui se respecte afin de débloquer des équipements et armements toujours plus puissants.

Image gameplay : Crossout
Image gameplay : Crossout

Premiers pas sur l’éditeur des véhicules

Le cœur de Crossout se situe au niveau de la personnalisation des véhicules. C’est bien simple : on peut concevoir à peu près tout ce que l’on veut, dans la limite du raisonnable. Par exemple, certaines roues ne peuvent s’attacher qu’à un certain type de châssis, ce qui est somme toute assez logique. En revanche, une liberté totale est offerte au joueur en termes d’armements ou de blindages. Évidemment, plus vous montez en niveau, et plus la complexité de votre machine augmente (se traduisant tout simplement par l’incorporation de plus d’éléments). Aussi, pour ceux privilégiant les affrontements à la personnalisation, des plans de véhicules pré-faits sont disponibles : il vous faudra dès lors récupérer tous les éléments en question. Cependant, vous auriez tort de vous priver d’une des fonctionnalités essentielles de Crossout, car le but est justement de customiser un maximum sa machine. Enfin, Il est possible de voir et tester les créations des autres joueurs. Cela peut d’une part vous donner des idées pour vos propres réalisations, mais également de constater toutes les possibilités qui sont offertes. Maintenant, une question doit vous traverser la tête : comment savoir si le véhicule est efficace et maniable ? Pour cela, un vaste terrain sert à vérifier son calibrage à travers différentes sessions d’entraînement, que ce soit en affrontant des ennemis ou en testant la capacité du véhicule à monter des pentes. En somme, la finalité est de cibler les points forts et points faibles de votre création puis de faire toutes les optimisations nécessaires si besoin est.


La prise en main de Crossout est assez complexe. À travers nos sessions de test, nous avons principalement joué à l’aide du combo clavier/souris, qui est sans nul doute la meilleure façon de profiter du jeu. Cependant, le jeu a l’excellente idée d’être compatible avec les gamepads (logique quand on sait que le jeu est disponible sur PS4 et Xbox One). Demandant là aussi un long moment d’adaptation, utiliser la manette n’en demeure pas moins aussi agréable que le clavier/souris : le pad gauche manie les déplacements du véhicule, tandis que celui de droite oriente la caméra. Tous les boutons sont paramétrables afin d’actionner les modules qui composent votre blindé. Au final, tout est affaire de goût, mais pour plus de confort, nous recommanderions le clavier et la souris, peut-être plus adapté pour ce type de jeu.


Image gameplay : Crossout

Un terrain d’entraînement permet de tester son véhicule

Quatre factions pour autant de classes

En pratique, nous nous apercevons que les véhicules se découpent en diverses classes, représentées par quatre grandes factions : les Enginners (faction de base offrant des items pas forcément puissants mais très adaptés pour des crafts avancés) ; les Lunatics (armements destinés principalement au corps-à-corps comme des piques et des lances explosives) ; les Nomads (proposant des objets majoritairement spécialisés dans les drones) ; et les Scavengers (regroupant tout ce qui est canon lourd et résistance). Les développeurs ont inclus la bonne idée de pouvoir changer de faction toutes les 24 heures. En d’autres termes, nous ne serons jamais enfermés dans une classe précise. Au contraire, nous avons l’opportunité de varier les plaisirs et passer d’un pick-up composé de multiples mitrailleuses à une semi-remorque avec un puissant canon capable d’envoyer Schwarzenegger sur orbite). Ainsi, à partir d’une cabine prédéfinie – l’élément obligatoire pour chaque véhicule –, on définit la résistance globale, la vitesse, la masse maximale et la capacité d’énergie du véhicule. Cette dernière statistique n’est pas à prendre à la légère puisque c’est elle qui définit le nombre d’armes et de modules supplémentaires que l’on peut ajouter. Au final, la diversité des véhicules est le réel atout de Crossout, sachant les équipes générées dans le champ de bataille auront toujours des caractéristiques différentes. Dès lors, le joueur se doit d’étudier rapidement les propriétés de chaque machine adverse et planifier une stratégie en conséquence.

Image gameplay : Crossout
Image gameplay : Crossout
Image gameplay : Crossout
Image gameplay : Crossout
Image gameplay : Crossout
Image gameplay : Crossout

Un marché qui suit l’offre et la demande

L’artisanat n’a pas été omis dans Crossout. Car s’il est possible de personnaliser son propre véhicule, il est aussi intéressant de pouvoir élaborer ses propres pièces. Bien sûr, l’artisanat dépend de la faction que vous avez préalablement intégrée. Et pour cause : plusieurs éléments sont exclusifs à la faction. Précédemment, nous vous parlions des éléments d’équipements, mais on trouve aussi et surtout un marché dynamique : dans celui-ci, les joueurs peuvent déposer des ressources et pièces de véhicules, sachant que le marché est régi par un processus d’offres et de demandes. En d’autres termes, un équipement qui valait une certaine somme peut du jour au lendemain atteindre une valeur astronomique. Le concept est fort bien pensé, et on peut rapidement faire du profit pour s’équiper de bien meilleures pièces. En définitive, Crossout a encore de nombreuses fonctionnalités annexes que nous n’aborderons pas dans ce test – notamment les fameuses « saisons » renouvelées chaque jour et dans lesquelles nous devons accomplir des tâches bien précises. Pourquoi ? Parce que nous souhaitons que vous découvriez ses autres atouts par vous-même afin de cerner tout le potentiel de ce MMO.


GRAPHISMES, ANIMATIONS ET BANDE SONORE : Un titre qui ne mise pas tout sur son apparence

Vous l’aurez certainement remarqué à travers les quelques captures d’écran, Crossout reprend un style visuel proche de celui introduit dans la série Mad Max. La modélisation des véhicules est convaincante, tout comme la qualité générale des environnements. Certaines textures sont toutefois discutables, un point vite oublié grâce à la richesse des effets visuels. Sans atteindre la qualité de ceux proposés par World of Tanks, les tirs d’obus et les échappements de fumée sont plutôt réalistes. Du côté de la bande sonore, les thèmes musicaux collent parfaitement à l’ambiance post-apocalyptique de Crossout, bien qu’un manque certain de variété se fait ressentir. L’ensemble est particulièrement fluide et nous n’avons – pour notre part – noté aucune déconnexion intempestive. On dénote là tous le travail acharné des développeurs quand on sait que les plaintes étaient nombreuses lors des sessions « bêta-test ». En revanche, là où ce TPS commet le plus d’erreurs, c’est bien au niveau de l’ergonomie dans ses menus. Ces derniers font très fouillis et il vous faudra plusieurs heures pour pleinement maîtriser le système de personnalisation des véhicules. Reste à voir si les développeurs apporteront quelques correctifs car nous ne sommes vraisemblablement pas les seuls à trouver la disposition des menus maladroite.

Image gameplay : Crossout
Image gameplay : Crossout
Un mot sur la traduction : Crossout venant de sortir, il a tout le temps de s’améliorer au niveau de la traduction française, laquelle s’avère assez approximative. Cela reste cependant accessible et ne devrait pas vous empêcher de profiter pleinement de ce MMO. En revanche, la version anglaise est nettement plus précise, mais demande certaines connaissances dans le domaine de la mécanique.

MODÈLE ÉCONOMIQUE : Le free-to-play dans toute sa splendeur

Pour clore ce test, il nous faut nécessairement fournir quelques informations sur le modèle économique adopté par Crossout, un point ô combien fatidique dans le succès d’un jeu. Basé sur un modèle free-to-play, il est évident que Crossout implémente une monnaie premium permettant d’acheter à peu près tout ce que l’on souhaite sans passer de longues heures à récupérer des ressources sur le champ de bataille. Cela étant, il est important de rappeler que la complexité de votre véhicule est liée à son niveau. Autrement dit, même si un joueur sort sa carte bleue, il n’aura aucun ascendant sur vous, d’autant plus que ce sont les compétences du joueur, la façon dont il a conçu sa machine et la cohésion d’équipe qui priment sur le reste. En outre, là où nombre de titres tombent dans le piège, la boutique ne renferme aucun objet exclusif à la monnaie premium. En revanche, tout n’est pas parfait en raison de la limitation imposée aux modes de jeu. Comme énoncé précédemment, certains modes requièrent du carburant (le PvE et le « Brawl ») et prend un peu de temps à se recharger. En somme, ce point est certainement l’un de ses plus gros points faibles – avec les menus peu ergonomiques –, bien qu’une fois encore, en tant que joueur occasionnel, la gestion du carburant ne posera aucun souci. Dans tous les cas, l’équilibre entre les joueurs est bien respecté et promet à Crossout un avenir radieux dans le monde des jeux de guerre. Ses concurrents n’ont qu’à bien se tenir !


Information : Ce test représente notre avis général sur ce MMOTPS. La notation est donnée à titre indicatif. Il est évident que d’autres utilisateurs seront plus ou moins sévères sur certains critères.Asternosis
Le succès de War Thunder : World of Planes n’est plus à décrire. Sorti initialement en novembre 2012, tous ceux qui s’essayaient au bijou de Targem Games – lequel vous propulse dans des combats aériens à travers des avions emblématiques de la Seconde Guerre Mondiale – se forgeaient un avis unanime : ce titre faisait (et fait toujours) office de référence dans le domaine de la simulation d’aviation, beaucoup le considérant comme meilleur que World of Warplanes, son concurrent direct proposé par Wargaming.net. En parallèle des mises à jour effectuées sur cet opus, les développeurs ont pris le temps de concevoir une…
Alors que les MMO s'installent dans une inlassable routine, certaines réalisations tentent d'apporter un grain de folie pour relancer le genre. C'est notamment le cas de ce Crossout : en mélangeant le concept de Robocraft avec l'univers déjanté de Mad Max, ce nouvel opus de Targem Games a toutes les cartes en main pour s'imposer comme l'une des nouvelles références du jeu de guerre ! Nous vous recommandons chaudement de l'essayer !

Détails de la notation

Univers - 8.5
Factions et classes - 9
Gameplay - 9.2
Fonctionnalités annexes - 8.5
Graphismes, animations et bande sonore - 7.5
Modèle économique - 9

8.6

Note finale

Alors que les MMO s'installent dans une inlassable routine, certaines réalisations tentent d'apporter un grain de folie pour relancer le genre. C'est notamment le cas de ce Crossout : en mélangeant le concept de Robocraft avec l'univers déjanté de Mad Max, ce nouvel opus de Targem Games a toutes les cartes en main pour s'imposer comme l'une des nouvelles références du jeu de guerre ! Nous vous recommandons chaudement de l'essayer !

User Rating: 4.75 ( 2 votes)

Asternosis
Difficile de se décrire... Je suis avant tout un passionné de l'univers héroic-fantasy. Également, j'apprécie énormément la nature et estime que chaque vie sur Terre est sacrée. Les animaux sont nos amis, ne l'oubliez jamais !

No comments

Laisser un commentaire