Menu

[MOBA] Test de Gigantic sur PC et Xbox One

Jaquette Gigantic
  • Note avis : (4/5)

  • Ce qu'on a aimé : La mise en scène "cartoonesque" maîtrisée; les mécaniques de jeu ; la multitude de défis à accomplir
  • Ce qu'on a moins aimé : Seulement trois maps ; un seul mode de jeu ; les temps d’attente parfois long
  • Développeur : Motiga Inc.
  • Éditeur : Perfect World Entertainment
  • Sortie : 20 juillet 2017
  • Plateformes : PC (Windows) et Xbox One
  • Modèle économique : Modèle free-to-play | Packs premiums
  • Langue : Française
  • Processeur : Intel Pentium 4 cadencé à 2.8 GHz ou AMD Sempron 2800
  • Carte graphique : NVIDIA GeForce 6600 ou AMD Radeon X1550 minimum
  • Espace disque : 10 Go disponible
  • Mémoire vive : 4 Go de RAM minimum
  • Connexion internet : Obligatoire
Gigantic est un MOBA compétitif très prenant. Mettant en avant un gameplay plutôt classique mais nerveux, il n’oublie pas de mettre en avant sa propre personnalité grâce à l’apport des Gardiens. Pourtant, son manque cruel de contenu pourrait bien lui être fatal : avec seulement un mode de jeu pour trois maps et une vingtaine de personnalités, pour sûr que les joueurs auront rapidement fait le tour de cet opus… Évidemment, on espère que les développeurs vont travailler d’arrache-pied pour tenter de corriger le tir à travers l’ajout constant de nouveaux environnements, modes de jeu et héros, car Gigantic mérite vraiment une certaine attention. Seule la motivation du studio de développement et la présence d’une communauté pourront orienter ce MOBA vers le succès qu’il mérite.
Asternosis

Si vous suivez l’évolution du MOBA, un genre aujourd’hui très prisé des joueurs, vous n’êtes certainement pas passé à côté de la sortie d’un dénommé Gigantic, un free-to-play mêlant le MOBA traditionnel avec une excellente dose de Shooter et offrant une vue à la troisième personne qui rappelle un certain SMITE. Pourtant, le développement de ce titre n’a pas été de tout repos : officialisé durant l’E3 2014, les sessions de test (alpha ou bêta fermée) ont pris plusieurs semaines avec des retours plus ou moins convaincants. Plus encore, Gigantic a failli être annulé lorsque le studio Motiga a dû se séparer d’une partie de ses employés. Heureusement, un partenariat avec Perfect World Entertainment a permis de relancer le projet avec de solides moyens financiers pour clôturer son développement. Pourtant, il est évident qu’avec cette durée étendue, nombreux sont les titres concurrents à avoir séduit le public, que ce soit du MOBA pur et dur (on pense à League of Legends et DotA 2 en premier lieu) ou du shooter compétitif à la troisième personne (Overwatch et Battleborn étant certainement les plus représentatifs de ce genre). Par ailleurs, alors que la majorité des jeux peuvent compter sur une forte publicité pour se vendre, Gigantic a fait preuve d’une forte discrétion. C’est pourtant dommage, car si quelques défauts persistent, nous verrons à travers ce test détaillé qu’il dispose de nombreuses qualités capables de rivaliser avec les plus grands.


Bannière Gigantic


CONTEXTE : Une affaire de géants
Image gameplay : Gigantic

Pour le moment, seules 20 personnalités sont disponibles

Avant d’entrer directement dans les mécaniques de jeu, il nous faut présenter plus en détails le concept de Gigantic. S’il reprend en majorité les fonctionnalités traditionnelles du MOBA, il entend également s’approprier divers systèmes propres aux Shooters compétitifs. Ainsi, deux équipes de cinq joueurs se font face, chacune d’elles étant accompagnée d’une créature aux proportions fantaisistes (d’où l’appellation de ce MMO) que l’on appelle communément Gardien. Sommairement, l’objectif est de supporter et défendre son Gardien afin qu’il puisse affaiblir celui de l’équipe adverse. Une fois le Gardien ennemi à terre, les membres de l’équipe doivent cibler son point faible pour le blesser suffisamment afin qu’il ne soit plus en état de combattre. Vous l’aurez nécessairement deviné, l’équipe adverse va défendre leur créature gigantesque en vous attaquant, donnant lieu à des batailles souvent funs et stratégiques. Pour remporter la bataille, il suffit de blesser trois fois le Gardien adverse. En revanche, il ne faut pas croire que les parties soient courtes, bien au contraire. Pour permettre aux Gardiens de s’affronter, il faut préalablement capturer des bases présentes sur la carte à la manière d’un FPS. Chaque base capturée génère des monstres qui, outre vont défendre vos positions sous contrôle, seront présents pour vous soutenir par divers buffs et soins. Pris ensemble, les différentes phases de la partie permettent à Gigantic d’offrir un gameplay unique et une identité propre. Et dans l’ensemble, ça nous a plutôt conquis !

Gigantic
Image gameplay : Gigantic
Image gameplay : Gigantic

GAMEPLAY : Un contenu de qualité mais limité

Un MOBA avec une touche d’originalité

Quiconque aurait déjà joué à un MOBA devrait rapidement trouver ses marques sur Gigantic. En effet, les différents protagonistes se retrouvent classés selon leur domaine de spécialité, que ce soit des DPS (ceux qui occasionnent beaucoup de dégâts physiques), des tanks (ceux qui protègent ses compagnons en encaissant une multitude de coups), des soigneurs ou des hybrides, ces derniers étant plus complexes à manipuler car ils n’ont pas de réelle spécialité et demanderont au joueur une certaine connaissance sur ses possibilités de développement. De même, vos actions lors d’une partie lui octroient de l’expérience, déverrouillant des compétences évolutives. Toutefois, là où se démarque Gigantic, c’est par l’ajout d’une jauge supplémentaire, baptisée jauge de Focus, celle-ci augmentant à mesure que vous combattez. Une fois pleine, deux choix s’offrent à vous : soit vous décidez de lancer une attaque dévastatrice de zone (ce qui peut être franchement utile lorsque vous souhaitez défendre votre Gardien, par exemple), soit vous pouvez faire monter le niveau d’un des monstres qui défend vos bases capturées. Pour le coup, l’utilisation de cette compétence n’est pas à prendre à la légère, car elle a un réel impact dans le déroulement de la partie. Dès lors, la communication avec les autres membres du groupe est obligatoire, ce qui est de toute façon le cas pour tout MOBA qui se respecte.

Image gameplay : Gigantic

Les actions sont parfois difficilement lisibles

« Vous prendriez bien un peu de défis ? »

Chaque partie sur Gigantic améliore le niveau du profil du joueur, en plus d’accumuler des points de participation, lesquels peuvent être dépensés pour acheter de nouveaux personnages. À l’heure où ces lignes sont rédigées, on décompte en tout et pour tout 20 personnalités différentes, un nombre loin de faire rêver par rapport à la centaine de héros disponibles dans League of Legends. Bien sûr, il n’y a pas de quoi tirer la sonnette d’alarme : à l’instar de ses confrères, le jeu subira continuellement de nouvelles mises à jour ajoutant de nouveaux héros. Bien sûr, la fréquence de ces MAJ se fera en fonction de la popularité de Gigantic… Toujours est-il que pour motiver le joueur, le titre de Motiga inclus des défis variés à réaliser, sans toutefois chercher dans l’originalité : entre tuer un certain nombre d’ennemis, jouer X parties ou assener une quantité de dégâts donnée, autant dire que les quêtes ne sont que purement esthétiques et servent avant tout à offrir des récompenses supplémentaires.

Image gameplay : Gigantic
Image gameplay : Gigantic

La communication, ou la meilleure arme pour remporter les batailles

Malgré les objectifs à remplir, il ne faut pas en oublier l’aspect stratégique de Gigantic. Car oui, tout comme l’est League of Legends ou tout autre MOBA, ce free-to-play requiert un bon esprit d’équipe pour venir à bout de son adversaire. Autrement dit, si vous souhaitez vous la jouer « solo », autant dire que vous enchaînerez les décès (en plus de vous attirer les colères de vos compagnons de jeu). Ainsi, la composition de l’équipe est une étape ô combien primordiale : s’il est possible de remporter des batailles avec une équipe uniquement construite sur des DPS, celle-ci sera nettement moins efficace qu’un bataillon présentant deux DPS, deux Tanks et un Soigneur, et ce malgré la possibilité de se faire soigner dans les différents points de contrôle de la map. Cependant, Gigantic étant un MOBA où les sortilèges et autres compétences génèrent des effets saisissants, on perd par moment une certaine lisibilité, rendant plus difficile le travail des Soigneurs. Que ce soit un parti-pris ou non des développeurs, cet aspect assez brouillon pourra paraître déstabilisant pour un joueur non-averti. Pire encore, il est préférable de jouer avec des amis plutôt qu’avec des inconnus, dans la mesure où la communication est plus complexe dans la dernière situation citée. Rassurez-vous toutefois, cela n’entache que peu le plaisir de jouer à Gigantic et, s’il arrive à attirer son public, pourrait bien devenir une nouvelle référence dans le monde de l’e-sport.


« Le système de matchmaking dans Gigantic affiche quelques lacunes. Outre la différenciation des joueurs PC et Xbox One (ce MOBA étant cross-plateforme), le temps d’attente est allongé en raison des joueurs excluent lors d’une création de partie en raison d’un serveur pas toujours stable. Pris ensemble, il n’est pas rare de patienter cinq minutes avant d’intégrer une partie, une durée qui pourrait en rebuter plus d’un. Cela étant, lors des pics de connexions, ce souci s’oublie relativement vite. »


Image gameplay : Gigantic
Image gameplay : Gigantic
Image gameplay : Gigantic
Image gameplay : Gigantic
Image gameplay : Gigantic
Image gameplay : Gigantic

Un contenu encore trop limité pour rivaliser avec les plus grands

Pour atteindre l’objectif « e-sport », Gigantic a cependant beaucoup de chemin à parcourir. En effet, malgré la vingtaine de héros proposés, on tourne assez rapidement en rond et ce pour une raison évidente : avec seulement trois maps pour un unique mode de jeu, autant dire que même les plus patients pourraient bien s’ennuyer passé de longues heures à batailler. Ce ressenti ne peut qu’être intensifié lorsqu’on porte nos regards sur les maps, lesquelles n’étant pas profondément différentes dans leur structuration. Par ailleurs, si le titre propose cinq personnages différents gratuits par semaine, ces derniers sont assez difficiles à débloquer. De cela résulte durant un long moment des compositions d’équipe identiques. Là encore, ce problème s’estompera à mesure que Gigantic s’étoffera ; mais pour l’heure, difficile de rester positif sur son manque flagrant de contenu, sachant que les développeurs ont eu plus de trois ans pour le peaufiner – si on met de côté les soucis financiers rencontrés par le studio. Finalement, l’amélioration de ce free-to-play ne pourra se faire qu’avec le soutien de sa communauté, c’est pourquoi nous vous recommandons vivement de l’essayer pour, outre vous forger votre propre avis, motiver l’équipe chargée du développement de Gigantic.


GRAPHISMES, ANIMATIONS ET BANDE SONORE : Une direction qui mise sur le fun !
Image gameplay : Gigantic

Gigantic propose des missions sous forme de cartes

Outre quelques mécaniques de jeu inédits de Gigantic, il peut également se démarquer de la concurrence grâce à sa direction artistique. Usant d’un style très « cartoonesque », ce choix permet d’orienter ce MOBA vers un univers fun avec des protagonistes déjantés. Et force est de constater que le résultat fait mouche dès les premières minutes de jeu. Car si les maps sont peu nombreuses et variées, les environnements n’en restent pas moins en parfaite synergie avec les Gardiens et les Héros. Concernant ces derniers, on mélange le meilleur et le moins bon. En effet, aucun des héros n’a de réel background comme c’est souvent le cas dans un MOBA traditionnel. En d’autres termes, on ne sait presque rien sur l’histoire et les motivations des personnalités, ni même pourquoi elles se retrouvent à s’affronter dans des arènes. C’est pourtant dommage car tous semblent avoir des choses à raconter, à l’image de l’Oncle Sven et ses cocktails explosifs, Tyto le vif et son fidèle compagnon Fang, ou encore Voden, une sorte de bouc disposant de flèches empoisonnées. Bref, là encore, Motiga aurait dû prendre le temps de creuser quelque peu l’univers mignon et coloré dans lequel nous évoluons… Du côté de l’interface, nous n’avons absolument rien à redire : celle-ci est très sobre. Durant les parties, les informations sont claires et permettent d’avoir aisément un résumé du déroulement de la bataille. Enfin, concernant les sons et bruitages, ils demeurent en parfaite cohérence avec ce monde fou qu’est Gigantic, les thèmes musicaux étant bien sûr présents pour nous le faire rappeler.

Image gameplay : Gigantic
Image gameplay : Gigantic
Un mot sur la traduction : Il n’y a pas grand-chose à reprocher à la traduction française de Gigantic. L’ensemble demeure claire, la description des compétences et des héros étant accessibles à tous, incluant les plus jeunes.

MODÈLE ÉCONOMIQUE : La patience est la mère des vertus

Les MOBAs sont souvent gages de qualité au niveau du modèle économique : c’est certainement une des raisons parmi d’autres dans le succès de ce genre par rapport aux MMORPGs. Dans le cas de Gigantic, le modèle économique est relativement classique, quoique demandant une forte présence de votre part pour éviter de passer par la caisse. Effectivement, le modèle free-to-play de base vous offre la possibilité d’essayer cinq personnalités différentes par semaine. Un Pack Découverte vous propose en échange d’une dizaine d’euros de débloquer huit héros en plus de quelques bonus purement cosmétiques. Enfin, pour les plus aguerris, un Pack Ultime est disponible en échange de 29.99 €, donnant accès à l’ensemble des Héros implémentés dans le jeu (et ceux à venir, cela va de soi) ainsi que diverses récompenses supplémentaires. Évidemment, nous jugeons le modèle free-to-play suffisant puisque rien dans la boutique ne permet de déboucher sur des déséquilibres. En revanche, débloquer de façon permanente des personnages avec les crédits accumulés vous demandera du temps, beaucoup de temps. Or, comme vous l’avez certainement compris, on tourne assez vite en rond sur Gigantic, et il n’est pas certain que beaucoup ait la patience de tout débloquer. Au final, Gigantic est plus ce qu’on appellerait un pay-to-fast, c’est-à-dire que dépenser de l’argent permet d’accélérer la progression, sans engendrer un quelconque déséquilibre entre les joueurs.


Information : Ce test représente notre avis général sur ce MOBA. La notation est donnée à titre indicatif. Il est évident que d’autres utilisateurs seront plus ou moins sévères sur certains critères.Asternosis
Si vous suivez l’évolution du MOBA, un genre aujourd’hui très prisé des joueurs, vous n’êtes certainement pas passé à côté de la sortie d’un dénommé Gigantic, un free-to-play mêlant le MOBA traditionnel avec une excellente dose de Shooter et offrant une vue à la troisième personne qui rappelle un certain SMITE. Pourtant, le développement de ce titre n’a pas été de tout repos : officialisé durant l’E3 2014, les sessions de test (alpha ou bêta fermée) ont pris plusieurs semaines avec des retours plus ou moins convaincants. Plus encore, Gigantic a failli être annulé lorsque le studio Motiga a dû…
Gigantic est un très bon MOBA/Shooter qui reprend la recette traditionnelle du genre tout en la parsemant de quelques ingrédients personnels. Le résultat est à la hauteur de nos espérances, où seul le manque flagrant de contenu peut en rebuter plus d’un. À tester tout de même !

Détails de la notation

Univers - 7.5
Personnages / Héros - 8.5
Gameplay - 9.5
Contenu - 3.5
Graphismes, animations et bande sonore - 8.5
Modèle économique - 8

7.6

Note finale

Gigantic est un très bon MOBA/Shooter qui reprend la recette traditionnelle du genre tout en la parsemant de quelques ingrédients personnels. Le résultat est à la hauteur de nos espérances, où seul le manque flagrant de contenu peut en rebuter plus d’un. À tester tout de même !

User Rating: 3.9 ( 1 votes)

Asternosis
Difficile de se décrire... Je suis avant tout un passionné de l'univers héroic-fantasy. Également, j'apprécie énormément la nature et estime que chaque vie sur Terre est sacrée. Les animaux sont nos amis, ne l'oubliez jamais !

No comments

Laisser un commentaire